AC4B

Article Charente libre

CYCLISME TOUR DU SUD CHARENTE 

Benjamin Didou en tête de peloton

Benjamin d

Etudiant, Benjamin Didou, 21 ans pilote pour la trosième année l’organisation du
Tour du Sud Charente. 


L’étudiant de 21 ans a piloté l’organisation du Tour cycliste du Sud Charente, programmé le 20 mars, et promu Elite Nationale. 

C’est parti d’une boutade.
«Lors d’une sortie au printemps avec des membres,licenciés du club de vélo, on s’est dit: “on devrait faire un Tour du Sud Charente”», raconte Benjamin Didou, 21 ans,domicilié à Saint-Eugène (17), près d’Archiac, et licencié à l’AC4B.
C’est devenu très sérieux. En mars 2019, un peloton de 150 coureurs s’élance de Blanzac, parcourt 130 kilomètres, traverse 21 communes et s’arrête à Barbezieux.
Un succès complet, vite amplifié.
Car le Tour du Sud Charente, à peine né, est déjà promu, en l’Élite Nationale dès sa deuxième édition.
Ce sera le 20 mars prochain, avec Baignes comme ville départ et Brossac comme ville d’arrivée.
Une promotion d’autant plus remarquable qu’en Charente on ne comptait qu’une épreuve de ce standing (le Mémorial d’automne de Chasseneuil).
Mais si le Tour du Sud Charente saute si vite une classe, c’est aussi parce que l’édition 2020 n’a pas pu se tenir, victime, comme d’autres, du covid. «Là on était encore en 1 ere catégorie. Heureusement, les partenaires ont accepté de nous suivre», se console Benjamin Didou, qui pilote l’organisation, après avoir, avec un autre camarade de promotion de l’IUT tech de commercialisation d’Angoulême, initié la première épreuve. «Cela faisait partie de mon projet d’étude».


Étudiant entrepreneur


Pour la deuxième édition, finalement annulée, l’étudiant en licence 3 de management du sport, à Poitiers, s’était entouré d’une équipe encore plus étoffée. «On pouvait faire un sujet libre. J’ai proposé de reprendre le tour des 4B. On a composé un groupe de 10 dont j’étais le chef».
Désormais en Master 1, il bénéficie du statut d’étudiant entrepreneur pour poursuivre seul son œuvre autour d’une course qui monte en gamme. Un changement de dimension total. «Avant, on était en 1 ere catégorie. C’était ouvert aux 1ere,2e, 3e catégories et juniors, pass cyclistes, en gros toutes les catégories de la FFC. Là on resserre aux 1ere et 2 e qui sont dans des équipes de Nationale 1, Nationale 2 et Nationale 3».

Au départ, on trouvera jusqu’aux professionnels de Continental. «Le Charentais Yoann Pailllot chez Saint-Michel Auber pourrait venir par exemple. Ça dépendra de son calendrier».
Autre bonne nouvelle: aucune autre épreuve d’Élite nationale n’aura lieu le 20 mars en France. L’étudiant croule déjà sous la demande.
«J’ai déjà pas mal d’équipes qui me sollicitent chaque jour: Dunkerque-Cofidis, Rouen, Occitanie.On aura aussi l’équipe Top 16 bien sûr». La jauge maxi de 200 coureurs sera facilement atteinte.
Côté parcours, il y a aussi du neuf.
Limitée à 130 kilomètres en 1re catégorie, l’épreuve a l’obligation de rallonger les bornes. «On peut aller jusqu’à 180-200 kilomètres.180 déjà c’est pas mal». Un tracé qui reste à affiner. «C’est encore en réflexion. On avait changé le parcours pour la 2e édition entre Baignes et Brossac. On va le garder puisqu’elle n’a pas eu lieu mais on va rajouter des kilomètres. On va peut-être faire un deuxième tour au départ de Baignes», explique Benjamin Didou.
Nouvelles dépenses Le jour J, un grand car podium, avec un écran lead et un speaker feront vivre la course. «On diffusera quelques images de la course en direct mais pas l’intégralité car on a des zones blanches».
Mécaniquement, le changement de standing génère de nouvelles dépenses. «On a doublé notre budget. On va être à 15.000€. Cela permet notamment de payer les dotations des coureurs, c’est une grande part. Il y a aussi toute la partie sécurité à assurer. On loue également des véhicules pour pouvoir suivre la course».
Face à cet accroissement de dépenses, il a noué un contrat de naming avec les Mutuelles de Poitiers, basées à Barbezieux, Blanzac et Châteauneuf, pour le rebaptiser «Tour Cycliste des 4B Sud Charente by Mutuelle de Poitiers Assurances».
Benjamin Didou ne manque pas d’idées. Et pense même déjà à l’après. Pour pérenniser une épreuve à la logistique chronophage quand il aura quitté les études.

«Peut-être pourrais-je me mettre en auto-entrepreneur en créant une agence dans l’événementiel. C’est un de mes souhaits»,explique celui qui partage son emploi du temps avec l’organisation d’un autre événement sportif: le mud-day, à Poitiers, une course à obstacles.
Pour l’heure, lui et ses camarades ont déjà été récompensés pour services rendus à la petite reine. «On a été invité en 2019 par Thierry Gouvenou à assister à la présentation du Tour de France»
.

Date de dernière mise à jour : lundi, 25 janvier 2021

Ajouter un commentaire